En Marche vers Kigali : Un appel de plus de 300 Organisations de la société civile aux dirigeants du monde à éradiquer le paludisme et les MTN en Afrique.

Dans un communiqué rendu public ce jour 23 juin 2022 à l’occasion du sommet de Kigali au Rwanda, parallèlement à la réunion des Chefs de Gouvernement des pays du Commonwealth (CHOGM), le groupe d’OSC de toute l’Afrique engagées dans la campagne « En Marche vers Kigali », appuyée par Speak Up Africa, exhorte les dirigeants mondiaux à faire de l’éradication du paludisme et des Maladies Tropicales Négligées (MTN) une priorité dans leur agenda de développement.

Dans leur message, les Organisations de la société civile mobilisées, ont indiqué qu’il est désormais temps pour les dirigeants du monde, de prendre des mesures hardies pour débarrasser l’Afrique du paludisme et des Maladies Tropicales Négligées.

Parce que, soutiennent-elles, « toutes les deux minutes, un enfant meurt du paludisme. Le continent enregistre plus de 90 % des cas de décès dus au paludisme dans le monde et porte plus de 40 % de la charge mondiale des Maladies Tropicales Négligées (MTN) ». Un lourd tribut humanitaire mais aussi économique que paie l’Afrique et ses populations. Pour les OSC, le sommet de Kigali constitue une occasion « historique » pour les dirigeants du monde à renouveler leurs engagements à éradiquer le paludisme et aux MTN. Parce que, ces maladies sont « entièrement traitables et évitables, mais elles constituent toujours un obstacle majeur au développement économique et social en Afrique, touchant les populations les plus marginalisées », déclare Yacine Djibo, Fondatrice et Directrice Exécutive de Speak Up Africa.

Dans le communiqué, ces organisations regrettent que les efforts des gouvernements déployés jusque-là pour éradiquer ces maladies sont « étouffés par des systèmes de santé inadéquats et un financement limité des programmes ». Face à ce constat préoccupant, elles invitent les gouvernements à revoir leur copie.

Car, ces maladies continuent à affecter durement surtout les personnes les plus vulnérables.  Lancée depuis quelques années, la campagne En Marche vers Kigali vise à attirer l’attention du monde entier sur la nécessité d’accélérer les actions visant à éradiquer le paludisme et les MTN sur le continent.

Reconnaissant l’importance de ce sommet de Kigali, ces organisations invitent les dirigeants à « la mobilisation des ressources nationales afin d’accroitre et de pérenniser les ressources, en harmonie avec les exigences de cofinancement du Fonds Mondial, soit un total de 18 milliards de dollars US nécessaire pour permettre la mise en place de systèmes de santé résilients et durables au plan mondial ».

 La campagne appelle également à un regain d’intérêt pour l’intégration du contrôle et de l’éradication du paludisme et des MTN. Les solutions multi-maladies peuvent potentiellement améliorer l’efficacité du financement des systèmes de santé grâce à des possibilités d’intégration existantes auxquelles se référer. Par exemple, le Programme National de Lutte Contre le Paludisme du Sénégal rationalise les efforts et les coûts en utilisant sa plateforme pour collecter des données sur les deux maladies.

Notons que la campagne En Marche vers Kigali s’appuie sur les partenariats et les plateformes existants des campagnes « Non aux MTN » et « Zéro Palu ! Je m’engage » et vise à obtenir des engagements de la part des parties prenantes nationales et infranationales pour mettre fin à ces épidémies d’ici 2030 dans le cadre des Objectifs de Développement Durable (ODD). Elle implique un engagement politique, un engagement du secteur privé, un engagement de la société civile et un engagement de la jeunesse. Les organisations de la société civile (OSC) de Guinée, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Burkina Faso, du Ghana, du Bénin et du Niger mènent la charge en sensibilisant le public et en s’engageant politiquement à éradiquer le paludisme et les MTN.

 En Sierra Leone, douze artistes de renom ont lancé « Malaria e Don Wan Dae Na Mi Han », un clip vidéo sur la prévention et le traitement du paludisme. Les agents de santé communautaires de la Sierra Leone ont également reçu une formation pour être en première ligne de défense contre ces maladies, et plus de 100 000 kits de dépistage rapide du paludisme ont été distribués au Burkina Faso. En outre, l’initiative « Ligne d’Impact” a permis la collaboration entre les journalistes du Bénin, du Burkina Faso, du Ghana, de Guinée, du Nigeria, du Sénégal et du Togo pour le développement d’articles sur l’impact des MTN et le paludisme. « Les médias accordent peu d’attention aux maladies tropicales négligées. Les médias de masse peuvent jouer un rôle important en faisant circuler l’information, en influençant le comportement du public et, en fin de compte, en freinant la propagation des maladies », déclare le Dr Charity Binka, Secrétaire Exécutive du Réseau Africain de Recherche sur les Médias et le Paludisme (AMMREN) et responsable nationale de la campagne Marche vers Kigali au Ghana.

Originaire du Bénin en Afrique de l’ouest, Alain TOSSOUNON est journaliste depuis plus d’une quinzaine d’années. Rédacteur en Chef puis Directeur de rédaction de l’hebdomadaire spécialisé dans la décentralisation et la gouvernance locale « Le Municipal », il a suivi et validé plusieurs certificats en gestion des ressources naturelles (Université Senghor d’Alexandrie) et en eau avant de passer grand reporter sur les thématiques de l’eau, l’hygiène et l’assainissement de base et l’environnement.
Posts created 105

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut