André Zogo, Président du CANEA sur le vote de la Loi portant hygiène publique : «On peut espérer un renouveau dans le sous-secteur»

Depuis le vote de la loi portant hygiène publique par les députés intervenu le 20 janvier 2022 au parlement, plusieurs acteurs ne cachent pas leur satisfaction d’avoir enfin, un instrument d’action permettant à notre pays, d’accélérer sa marche vers la réalisation de l’ODD6.2. Interrogé après ce vote, le Président du Cadre de Concertation des Acteurs Non Étatiques de l’Eau et de l’Assainissement (CANEA), André Zogo dont le creuset a contribué à travers le plaidoyer à l’avènement de cette loi, y voit une lueur d’espoir pour faire du sous-secteur de l’hygiène et de l’assainissement de base, une priorité dans notre pays.

André Zogo, Président du CANEA

Selon vous, qu’est-ce que l’avènement de cette loi va changer dans le sous-secteur de l’Hygiène et de l’Assainissement de Base longtemps considéré comme parent pauvre du secteur de l’eau et de l’assainissement?

Nous sommes très heureux du vote de la loi portant hygiène publique par les députés parce que ce vote va changer beaucoup de choses dans le sous-secteur. Pour nous qui travaillons dans le secteur et les Partenaires Techniques et Financiers (PTF), on saura désormais s’adosser à une législation qui prend en compte les réalités actuelles et qui permet d’avancer vers la réalisation de l’ODD 6.2. De façon plus détaillée, d’une part, les changements vont intervenir à la base où les autorités locales seront dorénavant face à leurs responsabilités afin de mieux jouer leur partition dans le sous-secteur de l’Hygiène et de l’Assainissement de Base.

D’autre part, le vote de la loi va améliorer la situation de l’hygiène et de l’assainissement de base au niveau de certains espaces et lieux publics tels que les centres hospitaliers, la gestion des cadavres au niveau des morgues, les cimetières, l’hygiène de l’eau au niveau des points d’eau mais aussi l’eau conditionnée. Tous ces aspects ont été pris en compte par la nouvelle loi et cela est mieux légiférer. Il faudra des textes réglementaires pour faciliter l’application de la loi.

Peut-on espérer qu’avec cette loi, un renouveau du sous-secteur de l’Hygiène et de l’Assainissement de Base?

On peut espérer un renouveau dans le sous-secteur. Parce que, désormais, il y a une législation qui prend en compte les réalités et sur la base de la nouvelle loi, il y a la police sanitaire qui sera renforcée car les contrevenants seront sanctionnés comme il le faut. Comme on le dit, la peur du gendarme est le commencement de la sagesse. Il y a également les Partenaires Techniques et Financiers qui pourront mieux nous accompagner parce que nous avons une législation qui est favorable aux actions dans le sous-secteur.

Originaire du Bénin en Afrique de l’ouest, Alain TOSSOUNON est journaliste depuis plus d’une quinzaine d’années. Rédacteur en Chef puis Directeur de rédaction de l’hebdomadaire spécialisé dans la décentralisation et la gouvernance locale « Le Municipal », il a suivi et validé plusieurs certificats en gestion des ressources naturelles (Université Senghor d’Alexandrie) et en eau avant de passer grand reporter sur les thématiques de l’eau, l’hygiène et l’assainissement de base et l’environnement.
Posts created 105

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut